Michael Flügger, Ambassade de la République fédérale d'Allemagne

L'ambassadeur de la République fédérale d'Allemagne, Michael Flügger, aimerait se rendre dans tous les endroits que Goethe a déjà visités en Suisse. Découvrez dans son portrait la visite guidée qui l'a fasciné et le canton qui est gravé dans son cœur.

Article publié dans l'infolettre août 2022.

Michael Flügger...

... est originaire d’Allemagne, plus précisément de Hambourg.

... est en Suisse depuis septembre 2020 et occupe le poste d'ambassadeur d'Allemagne auprès de la Confédération suisse et de la Principauté de Liechtenstein. Avant son arrivé à Berne, il était ambassadeur d’Allemagne auprès du Comité politique et de sécurité (COPS) de l’UE et chef du département politique à la représentation permanente de l’Allemagne auprès de l’UE à Bruxelles. Là, avec les autres États membres, il a négocié tout l’éventail de la politique étrangère de l’UE pour l’Allemagne.

... aime passer son temps libre dans la nature, à la montagne, « Valais gravé dans mon coeurs » – il rends souvent visite à la famille dans les montagnes valaisannes et est un grand fan de cette région.

10 questions à Michael Flügger

À quoi ressemble une journée de travail normale pour vous?

Mon travail quotidien est très diversifié. Il consiste principalement à m’entretenir avec des représentants du gouvernement et de la politique sur des sujets communs et des développements politiques actuels. J’accompagne les ministres du gouvernement fédéral lors de réunions bilatérales, lors de conférences telles que l’UCR2022 ou dans le cadre de l’initiative des pays germanophones, plus récemment lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères germanophones au Liechtenstein.

La guerre d’agression russe contre l’Ukraine façonne également ma vie quotidienne, par exemple dans les discussions au format G7 (l’Allemagne assure la présidence du G7 cette année) ou lors de visites de délégations en provenance d’Allemagne et lors desquelles la politique énergétique joue un rôle majeur.

Les relations entre l’Union européenne et la Suisse sont également au cœur de mon travail quotidien, car elles touchent particulièrement l’Allemagne en tant qu’État voisin et partenaire économique n°1 de la Suisse. Dans le cercle de mes collègues de l’UE, nous discutons régulièrement et tenons nos ministères informés des développements en cours.

Depuis que le recul de la pandémie de Covid a rendu à nouveau possibles les rencontres personnelles, j’apprends à connaître la Suisse aussi intensément que possible au cours de mes voyages et j’échange des idées avec des personnalités du monde des affaires, de la science et de la culture sur nos sujets bilatéraux. Un autre domaine de responsabilité important de l’ambassade est celui des services consulaires pour les plus de 400 000 Allemands installés en Suisse – le bureau des passeports de l’ambassade à Berne est le plus grand au monde en dehors de l’Allemagne.

Quels sont les projets qui vous passionnent le plus actuellement?

Avec plus de 15 autres ambassades à Berne, nous faisons partie de l’initiative environnementale Greening Embassies Network (l'ambassade allemande est un membre fondateur de l'initiative). En collaboration avec la Ville de Berne, nous pensons Vert dans toutes nos actions et nous nous engageons à réduire l’impact environnemental commun de la communauté diplomatique à Berne.

Les jalons de cette année ont été, entre autres: les activités à l’occasion de la Journée mondiale du vélo et de la Journée de la biodiversité à Berne, lors desquelles nous nous sommes engagés en faveur de la réalisation des ODD des Nations Unies. J’attends également avec impatience une nouvelle édition de notre série d’événements «Ber(li)ner Salon», au cours de laquelle des intervenants allemands et suisses échangent leurs points de vue sur des sujets communs – Notre chaîne Youtube Deutsche Botschaft Bern vous permet d’y assister par voie numérique.

Lorsque vous êtes arrivé à Berne, qu’est-ce qui vous a le plus surpris?

On dit souvent que l’UE est une Suisse plus jeune: Berne et Bruxelles ne sont pas seulement reliées par leur initiale, elles sont respectivement capitales et villes fédérales de pays qui se caractérisent par leur multilinguisme et leur diversité culturelle.
Lorsque je suis arrivé à Berne en provenance de Bruxelles à l’automne 2020, j’ai été néanmoins surpris de voir à quel point les restrictions en raison du coronavirus étaient moins strictes ici. Les gens étaient assis ensemble confortablement dans les cafés, une image que je ne connaissais plus de Bruxelles depuis un bon moment.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus à propos de Berne?

Ce que j’aime à Berne, c’est que j’ai un aperçu profond de la culture politique du pays dans un espace relativement compact. Les institutions fédérales, les manifestations et la soumission d’initiatives, la collecte de signatures au marché hebdomadaire du samedi, la médiation démocratique au Politforum Käfigturm, tout cela se déroule autour de la Place fédérale.

Parlez-nous de votre endroit préféré à Berne.

J’adore la vue sur la vieille ville de Berne – au coucher du soleil dans la roseraie ou à l’arrivée du train par la Kornhausbrücke avec vue sur la cathédrale et les montagnes. Dans la ville classée au patrimoine mondial de l’Unesco, je découvre toujours de nouveaux coins magnifiques.

Où aimez-vous vous détendre après le travail à Berne?

L’Elfenau combine l’idylle rurale, le charme historique et le flair international des ambassades les plus diverses. Une plongée dans l’Aar avec vue sur le Palais fédéral ou une promenade dans les forêts et les prairies remettent vos idées en place.

Si vous voulez en savoir plus sur l’Elfenau, je vous recommande le livre de Therese Bichsel intitulé «Grossfürstin Anna: Flucht vom Zarenhof in die Elfenau» sur Juliane Henriette Ulrike de Saxe-Cobourg-Saalfeld, qui a vécu ici en tant que Grande-Duchesse Anna et a donné son nom à Elfenau.

Qu'est-ce qui vous manquera lorsque vous quitterez Berne?

La gentillesse et la serviabilité des Bernois, l’accès simple à tous les interlocuteurs jusqu’au gouvernement, l’organisation suisse incroyablement efficace et ponctuelle, les relations étroites sans précédent dans tous les domaines, les paysages fantastiques, le ski – et bien sûr le Valais.

Que voulez-vous absolument faire avant de poursuivre votre route?

Le grand poète allemand Johann Wolfgang von Goethe était très attaché à la Suisse. Il a sillonné le pays à trois reprises. Cette année, la Confédération célèbre le 225e anniversaire du troisième voyage en Suisse de Goethe, avec notamment l’ouverture de la première exposition permanente sur Goethe dans la forteresse du Saint-Gothard. Vais-je également pouvoir me rendre dans tous les endroits que Goethe a déjà visités en Suisse?

Un conseil aux nouveaux arrivants à Berne?

Pour moi, la meilleure façon de connaître la ville et son histoire est offerte par les visites panoramiques de la ville de Stattland (par exemple, Berne «top secret» sur le passé de Berne en tant que nid aux espions). Peut-être que celles-ci mènent déjà à travers la pittoresque Rathausgasse ou à la passionnante Maison des générations bernoise. Un point culminant à Berne pour moi sont les festivals et des événements tels que le Theaterfest, l’illumination du Rendez-vous Bundesplatz, le Zibelemärit ou la Nuit des musées. Enfin, je recommande aux nageurs de tester le «Aareschwumm» – pour de nombreux Bernois, il n’y a rien de plus beau en été – et j’avoue que l’Aare est beaucoup plus claire et plus accueillante que la Spree.

Connaissez-vous quelques mots en suisse alémanique? Si oui, quel est votre préféré?

De ma jeunesse, lorsque j’ai appris à skier à Lenk, je me souviens encore de la phrase «Hesch dini Ovo hüüt scho gha?» (littéralement: Déjà eu ton Ovo aujourd'hui?). Et depuis mon arrivée à Berne, mon vocabulaire passif ne s’étend malheureusement que lentement, car je n’ai pas beaucoup d’occasions de le frotter au Schwyzerdütsch.

Quel portrait aimeriez-vous découvrir?

A annoncer prochainement.