Bill Longhurst, Ambassade de Grande-Bretagne

Tel un vrai Bernois, le chef de mission adjoint et consul général prend son vélo pour aller au travail malgré les rues en pente. Il connaît des hauts et des bas dans le cadre de son travail également, d'où il attend avec impatience le sommet sur le climat entre le Royaume-Uni et la Suisse qui se tiendra en septembre.

Article publié dans l'infolettre de juillet 2021

Bill Longhurst

Bill Longhurst...

... vient du Royaume-Uni et plus spécifiquement de Chelmsford, dans l’Essex, en Angleterre.

... est chef de mission adjoint et consul général de Sa Majesté la Reine en Suisse et au Liechtenstein.

... vit en Suisse depuis juillet 2019. Avant de venir en Suisse, il était ambassadeur au Cambodge.

... est un passionné de tennis (niveau : moyen) et de golf (niveau : débutant) ainsi que de voyages.

10 questions à Bill Longhurst

À quoi ressemble une journée de travail normale pour vous ?

Les journées de travail normales n’existent pas. La plupart d’entre elles sont chaotiques. Mon travail est une combinaison de travail politique, de réseautage, de dossiers organisationnels à l’ambassade et de diplomatie publique. Je dirige également notre activité sur le climat dans la période préparatoire à la COP26 de Glasgow, qui aura lieu en novembre de cette année.

Quels sont les projets qui vous passionnent le plus actuellement ?

Nous sommes en train de planifier pour le 1er septembre un sommet sur le climat entre le Royaume-Uni et la Suisse, intitulé « Decarbonising Cities », qui se tiendra au Stade de Suisse en collaboration avec Swisspower. Si la situation sanitaire liée au COVID-19 le permet, un grand nombre d’intervenants VIP et d'entreprises britanniques y participeront.

Lorsque vous êtes arrivé à Berne, qu’est-ce qui vous a le plus surpris ?

Les prix étaient hallucinants. Mais pour poursuivre sur une note plus positive, j’adore la diversité de pistes cyclables qui passent partout : à travers les villes, entre les villes et à la campagne.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus à propos de Berne ?

Son caractère compact. Au cours de ma carrière, j’ai toujours vécu dans des métropoles immenses : Londres, Séoul, Tokyo, New York, Belgrade et Phnom Penh. Berne est une ville suffisamment grande pour qu’il s’y passe beaucoup de choses, mais suffisamment petite pour qu’on puisse rallier les montagnes en un clin d’œil.

Que changeriez-vous à propos de Berne ?

Peut-être faire des travaux sur les routes un peu moins souvent ? Mais je ne vois rien d’important à changer – il faut préserver la ville telle qu’elle est !

Parlez-nous de votre endroit préféré à Berne.

La liste est longue, mais je dirais le quartier autour de l’Altes Kraftwerk Matte, juste au bord de la rivière.

Savez-vous déjà ce qui vous manquera en quittant Berne ?

Tout ce que je viens de mentionner ! Ainsi que le ski (que j’aime beaucoup malgré mon petit niveau).

Que voulez-vous absolument faire avant de poursuivre votre route ?

Plus de camping dans l’Oberland bernois.

Connaissez-vous quelques mots en suisse alémanique ? Si oui, quel est votre préféré ?

Mon préféré (proposé par mon collègue en charge de l’agriculture) est « Guschti », un jeune bovin de deux ans. Évidemment, je ne l’utilise pas beaucoup.

Quel portrait aimeriez-vous découvrir prochainement ?

Philippe Cerf de l'Ambassade de France (le portrait sera publié en septembre 2021).