Andrea Bekić, Ambassade de Croatie

Andrea Bekić nous révèle quel quartier de Berne porte le nom de la région côtière « Dalmatie », ce qui lie également sa capitale aux ours et qu'un projet croate dans le domaine de la mobilité urbaine pourrait être passionnant pour les villes suisses.

Article publié dans l'infolettre décembre 2022.

Andrea Bekić

Andrea Bekić ...

... vient de Zagreb, la capitale de la Croatie.

... est arrivée à Berne fin 2018 et occupe depuis le poste d'ambassadrice de Croatie en Suisse. Auparavant, elle était ambassadrice en Pologne.

... a rejoint le service diplomatique en 1992, dès que la Croatie a obtenu son indépendance, et son premier voyage d'affaires a eu lieu à Genève un an plus tard pour aider la mission croate auprès des Nations unies, qui venait d'être créée. Elle est revenue à Genève quelques années plus tard et son fils cadet est né à Genolier (canton de Vaud) en 1997.

... est heureuse d'être en charge des relations bilatérales entre la Croatie et la Suisse et de vivre dans la charmante capitale fédérale, Berne.

10 questions (ou plus...) à Andrea Bekić

De quoi êtes-vous responsable?

Ma principale responsabilité est de représenter la République de Croatie auprès des autorités suisses et de protéger les intérêts de la Croatie et de ses citoyens en Suisse. Je suis également accréditée auprès de la Principauté du Liechtenstein.

Je m'attache à améliorer tous les aspects des relations bilatérales déjà excellentes entre la Croatie et la Suisse. Cette année, nous avons marqué les 30 ans de relations diplomatiques entre nos deux pays par une série d'événements culturels et de rencontres de haut niveau, dont la visite officielle du président croate, Zoran Milanović, en Suisse.

La Suisse étant un État fédéral et décentralisé, je m'efforce également d'établir de bons contacts avec les cantons et les villes suisses dans les différentes régions. Il est important pour un ambassadeur de comprendre comment le pays fonctionne et de ressentir l'esprit de la nation. Un nombre croissant de mes activités s'inscrit dans le cadre de la «diplomatie publique», avec la participation à différents événements culturels, universitaires ou promotionnels, visant à mieux faire connaître la Croatie. La diplomatie d'affaires est également très importante, l'économie suisse est forte et je dois promouvoir les opportunités d'investissement et nos produits d'exportation.

Comme il y a une grande communauté de Croates vivant en Suisse, je visite souvent leurs associations et leurs événements. L'ambassade coopère étroitement avec l'école de langue et de culture croates. Mes compatriotes vivant en Suisse sont bien intégrés, mais ils parviennent en même temps à préserver leur identité croate.

Quels sont les projets qui vous passionnent le plus actuellement?

Je suis très heureuse de présenter en Suisse le projet de mobilité urbaine basé sur l'intelligence artificielle, conçu et produit en Croatie. C'est un projet qui pourrait être intéressant pour certaines villes suisses, notamment celles qui ont l'ambition de devenir plus «intelligentes», plus «vertes» et plus durables.

Lorsque vous êtes arrivée à Berne, qu’est-ce qui vous a le plus surpris?

J'ai été surprise d'apprendre que l'un des quartiers les plus attrayants de Berne porte le nom de la région côtière croate de Dalmatie. Lors de ma première promenade au bord de l'Aar, je me suis rendue compte que la promenade populaire le long de la rivière s'appelle Dalmaziquai et que les deux rives de la rivière sont reliées par le pont Dalmazibruecke. Il semble que le nom de la «riviera» bernoise ait été introduit par un mercenaire suisse du 17e siècle qui est revenu dans sa ville natale après un séjour en Dalmatie.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus à Berne?

J'apprécie sa beauté que je compare à un diamant taillé net grâce à ses proportions idéales, son architecture et sa correspondance avec la nature. De plus, les habitants de la ville sont très gentils et faciles à vivre, il n'y a pas de stress comme dans les grandes villes. L'absence de circulation intense, de pollution et de bruit est un grand atout.

Parlez-nous de votre endroit préféré à Berne.

Ma partie préférée de Berne se trouve le long de la Rathausgasse, où l'on peut encore sentir l'esprit médiéval de la vieille ville. En particulier, j'aime explorer les brocantes et les boutiques d'antiquités, tradition de l'artisanat local, mais plus pour le plaisir d'observer que d'acheter. En passant par là, j'essaie d'imaginer la vie dans le Berne historique. C'est authentique et passionnant.

Quelle est la différence et/ou le point commun entre votre culture et la culture de Berne?

En Croatie, les gens se rendent au centre ville simplement pour prendre une tasse de café ou pour rencontrer spontanément leurs amis et entretenir leurs relations sociales, surtout le samedi. À Berne, les gens semblent moins enclins à passer leur temps libre en ville, mais la similitude est qu'il y a de nombreux cafés et restaurants en plein air, dans le style de la culture méditerranéenne.

Un conseil aux nouveaux arrivants à Berne?

Conduisez prudemment, les vélos surgissent de partout.

Albert Einstein ou Paul Klee?

Albert Einstein, le grand esprit qui a tant donné à l'humanité depuis la Suisse. Je suis fier que deux scientifiques d'origine croate de l'ETH de Zurich aient reçu le prix Nobel de chimie, Lavoslav Ružička en 1939 et Vladimir Prelog en 1975.

Ours ou bière?

Ours. Nous sommes à Berne après tout! De même, la montagne près de Zagreb s'appelle «Medvednica», La montagne de l'ours et le château de l'ours qui surplombe notre capitale... Les ours, ça déchire!

Randonnée ou ski?

Je ne suis pas en forme pour le ski, mais j'aime bien l’«Après-ski»!

Avez-vous essayé d'apprendre le suisse allemand et si oui, quel est votre mot préféré?

J'apprends chaque jour avec un succès limité, mais le premier mot que j'ai entendu à mon arrivée à Berne est mon préféré : «Gruessech».

Quel portrait aimeriez-vous découvrir?

Marjan Osvald, Vice-Directeur général de l'UPU.