Histoires de bière

Comment devient-on brasseur ? Et qu’est-ce qu’un « chien mouillé » ou des « vieilles chaussettes » ont à voir avec la bière ? Dans ces trois portraits vidéo, Alex, Peti et Andrea vous raconte leur propre histoire (de bière).

La bière en deux-roues

Chez Oberbottiger Kurbelbräu, le nom et la belle étiquette rétro annoncent déjà la couleur : la bière est livrée exclusivement à la force des mollets, c’est-à-dire à vélo. Qui sert une bière Kurbelbräu réduit son impact écologique et contribue, gorgée après gorgée, à un monde meilleur (le bilan carbone l’en remercie !). C’est Peti Studer et Philip Walker, juriste et gestionnaire de placements et partenaires de triathlon qui ont eu l’idée de la Craft Beer « écologique ». Lors d’un apéro du club de triathlon dans le quartier de la Matte à Berne, la bière est venue à manquer et les deux compères sont partis à la recherche de ravitaillement à vélo. C’est là qu’ils ont eu l’idée de produire leur propre bière. Depuis, ils livrent pas mal de bars à Berne avec leur Oberbottiger Kubelbräu que l’on peut notamment déguster au BrauBarBümpliz.

Du balcon de l’appartement en coloc’ à la microbrasserie

Bâtiments industriels, vieilles voies, graffitis bariolés : c’est non loin du Warmbächli-Brache qu’Alex Chevalley, aidé de son collègue Gianni Brunner, brasse sa bière BrauKunst. L’idée lui est venue alors qu’il vivait en colocation et aujourd’hui il vit de sa bière et en tant que cofondateur du « ZAPF! », le Craft Beer Festival Bern, il promeut la diversité de la bière à Berne. Variées, les créations d’Alex et de Gianni le sont aussi : forte, singulière et indépendante, ça c’est Florence, une pale ale brune où le malt dévoile un fin arôme sombre. Leonie au contraire est légère, pétillante, d’une douceur délicate, c’est une bière de blé rafraîchissante aux arômes de citron, de mandarine et de malt caramélisé. Qu’ont-elles en commun avec les autres bières de BrauKunst ? Elles sont toutes un hommage aux ex-petites amies des deux brasseurs. Du goût au nom, en passant par la description sur le site Web, tout est inspiré uniquement par les femmes.

Houblon, malt et raisin

Pourquoi les femmes ne devraient-elles boire que du prosecco, du champagne et du vin ? En tant que restauratrice adepte de la bière, Andrea Amina s’emploie à proposer une carte des boissons diversifiée et en perpétuel renouvellement qu’on trouve actuellement au restaurant Marzer. C’est très important pour elle de pouvoir ainsi proposer la boisson qui sied à chaque papille et qui accompagne parfaitement chaque plat. Le thé de la Länggasse complète la carte des fameux cafés, la bière régionale complète la carte des nombreux vins...Bien sûr, c’est le client qui décide ce qui accompagne le mieux son plat. Ainsi, le restaurant Marzer du quartier de la Matte organise régulièrement des soirées « bière versus vin » : un duel sur la sempiternelle question des boissons qui conviennent le mieux. Celles-ci sont servies en accompagnement du menu à cinq plats proposé.

Découvrez aussi...

Nos recommendations

13 idées pour profiter de l’automne à Berne

Plus d'information